Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Ecoutez! Listen!

Un véritable coup de foudre pour ta musique. Subtile, puissante, originale et belle. Bravo sincère. Marc Steckar


















sacem dehaske gotkovsky caillet
eia pp milhiet miraphone
bec cdmc wasbe charles
thilloy out musimem bra
cmf berlioz anches cnes
petitgirard orchestre farfelu imslp
brass mezetulle alvado flexeditions
clefdesetoiles djacbaweur chantsetheres petitpage
mpadt ecoutezvoir brassband fabrice
klari eic dru ctmp


Agenda

France Musique


undefined
  undefined

Recherche

Texte Libre

download ringtones download wallpapers view my guestmap site updates Forum The World of Wind Orchestras
iLike Maxime Aulio

 
Les Voyages De Gulliver -...
 
Whispering Wind Full Scor...
16 décembre 2008 2 16 /12 /décembre /2008 12:12
       
        ... Avec la Musique des Gardiens de la Paix de la Préfecture de Police de Paris... ou plus simplement, "la PP".

        Nouveau CD produit par les éditions De Haske, d'après un projet lancé par Eric Colombain, directeur de De Haske France, à paraître au printemps 2009.

        Philippe Ferro, l'ex-directeur musical de "la PP", ayant quitté ses fonctions récemment, a ainsi transmis à Pascale Jeandroz, son adjointe - qui, par ailleurs, effectue tout le travail de chef principal, en attendant la prise de fonction officielle du tout récemment nommé Mr Walter, ex-bassonniste de "la PP" (c'est bon, tu m'suis ?) -, ce projet d'enregistrement de mes oeuvres pour le compte des éditions De Haske.
        Ouf !

        Ayant moi-même, tout récemment nommé, pris mes fonctions de chef adjoint à la Musique Principale de l'Armée de Terre (ah oui, il faut que je te raconte quand même, cher public !), j'ai quand même pu me libérer durant quelques jours, afin d'assister mon ami Jean-Jacques Charles (Tambour-Major de "la PP", compositeur, arrangeur, etc.), directeur artistique de cet enregistrement - le directeur artistique, c'est celui qui fait notamment office "d'oreille attentive" (pour repérer les erreurs, les problèmes de justesse, mais aussi les petits bruits, etc. qui peuvent gêner une prise de son...), et donc choisit les prises, participe au montage et au mixage du disque... Rôle très important, en lien avec le chef d'orchestre et l'ingénieur du son, qui est Mathieu Pion.


Comme je disais, le rôle du directeur artistique est très important, et ça se voit.

        Au programme de ce CD, que bien évidemment, je recommanderai, des oeuvres assez anciennes dans mon répertoire, et d'autres plus récentes, heureusement : Les Trois Mousquetaires, Odysseia, Aerospace, Phaethon, Marsyas, Contes et Légendes de Savoie, Le Dernier Rêve du Chêne, Le Papillon qui tapait du Pied.

        Sympathique, non ?

        A suivre...!



        I've just passed one week with the Wind Band of the Police of Paris, for a recording session.
        That new CD, produced by De Haske (to be published next Spring 2009), includes these pieces : Les Trois Mousquetaires, Odysseia, Aerospace, Phaethon, Marsyas, Contes et Légendes de Savoie, Le Dernier Rêve du Chêne, Le Papillon qui tapait du Pied.

        I assisted the artistic director Jean-Jacques Charles (Tambour-Major of the band, composer, arranger, etc.), and the sound engineer was Mathieu Pion. The actual assistant conductor, Pascale Jeandroz, was the musical director.

        Sympathetic week passed with them...
        Keep an eye on what's going on with that CD !

        To be continued...



Repost 0
Published by Maxime - dans histoires
commenter cet article
24 avril 2008 4 24 /04 /avril /2008 14:24

          Une semaine Haute-Savoyarde - ne pas oublier "haute", comme pour la haute-couture ! -, c'est, comment dire, inoubliable...

          J'étais donc invité dans le Faucigny, pour la création de mes "Contes et Légendes de Savoie", commande de la Fédération des Musiques du Faucigny, pour son 20e stage d'orchestre.
          Après un périple de quelques heures de train (Toulouse-Lyon, Lyon-Annecy, Annecy-Sallanches), me voilà arrivé au beau milieu de montagnes gigantesques, avec en fond, un Mont-Blanc qui semble dire qu'il veille sur toute la vallée...
          Impressionnant.

          Et puis, me voilà, ma partition sous le bras, entouré de ces quelques quatre-vingts jeunes musiciens débordant d'énergie - enfin pas toujours... - qui sont grandement attachés à leur stage annuel.
          J'ai voulu écrire une partition quelque peu moderne, pour montrer que la musique d'aujourd'hui peut être accessible à ce genre d'orchestre, à ces jeunes adolescents qui, entre les répétitions, écoutent du rap ou de la variété à la mode.

          Eh bien, pari réussi !
          (Inutile de dire alors que les éditeurs se trompent souvent... les "guidelines" et autres documents qui demandent aux compositeurs des restrictions de tessiture, de techniques, etc. sont d'autant plus maladroits ! Je suis donc fier de ce contre-pied qu'est cette petite oeuvre...)

          Certes, lors du déchiffrage, je pense que personne ne comprenait ce qu'il se passait, et quel était le fou que j'étais à agiter mes bras dans tous les sens pour faire comprendre ma musique, et à insister sans cesse sur la correction de certains passages, à demander d'"ouvrir" ou de "relâcher", etc., etc.
          Mais, finalement, je crois que mon plaisir a été partagé par tous les musiciens, et les professeurs qui les encadraient.

les musiciens du stage et au 1er rang, leurs professeurs ; à Samoëns...

          Et puis, nous n'avons pas fait que de la musique durant ce stage ! Car, plein d'activités étaient prévues, pour occuper ces chères têtes blondes : de l'atelier choral (à 8h30 du matin... pas facile de se réveiller avec la "Révolution des Oignons" !!) à la Boom de fin de stage, en passant par la Lorraine...! Heu... par l'atelier Théâtre ! Et quel atelier !
          En quelques heures seulement, sketches avec costumes et décors ont été créés, puis présentés, lors d'une soirée, à un public de parents rieurs... Sachez que ce soir-là, je fus fort gêné, car à chaque saynète, j'ai eu droit à un clin d'oeil ou une éloge (je retiens l'imitation du jeune Thierry de ma gestique...! à mourir de rire ! sans parler des autres "Yo ! Maxime Aulio !" qui traînaient çà et là... LOL !).
          Et puis, j'ai été mis à rude épreuve, pour le dernier sketch sur les Jeux Olympiques, comme vous pouvez le constater ; rien à dire.

je porte bien le costume de skieur, n'est-ce pas ?!


          Pour finir, nous avons réalisé deux très beaux concerts (à Bonneville, puis à Samoëns - ne pas prononcer le 's', s'il vous plaît !) au cours desquels, avec Eric Parra et Philippe Babaz, nous avons partagé la direction d'orchestre ; je conduisais "Les murmures du vent", ainsi que la création des "Contes et Légendes de Savoie", bien sûr...
          Que dire à ces jeunes musiciens, qui ont été très attentionnés durant ces concerts, pour faire au mieux de leur personne... Si ce n'est : MERCI.

          J'en profite aussi pour remercier le Président de la Fédération des Musiques du Faucigny, Raymond Blondaz.

          Grands moments humains, musicaux, gastronomiques... Ô Fondue, ô Tartiflette, ô Raclette, ô Disgrâce !




Repost 0
Published by Maxime - dans histoires
commenter cet article
8 mai 2007 2 08 /05 /mai /2007 22:00

            Voici quelques photos d'un concert de l'Ensemble Instrumental de l'Ariège "Carte Blanche à Maxime Aulio" ; elles montreront, mieux que des mots, le plaisir que nous avons partagé ensemble :

cles-010.jpg"Le Papillon qui tapait du Pied" - Saxophone Baryton solo : Vincent Duro

cles-011.jpgpureftpd-462722ff-10.jpgpureftpd-462723e8-98-copie-1.jpgcles-023.jpgpureftpd-46272362-35.jpgcles-021.jpg


Casino d'Ax-les-Thermes, le 15 avril 2007

Aaron Copland - Fanfare for the Common Man
Gilles Arcens - Petites Scènes de la Vie Courante

Face à l'Orient Eternel

Henri Tomasi - Les Noces de Cendres - I Prélude, le retour
II Scherzo Fantastique, la guerre

Maxime Aulio - Le Dernier Rêve du Chêne

Le Papillon qui tapait du Pied
Odysseia
Les murmures du vent
Aerospace


(extraits issus de répétitions...)
Repost 0
Published by maxime - dans histoires
commenter cet article
18 décembre 2006 1 18 /12 /décembre /2006 18:24

                Etant encore pour quelque temps en Belgique, je profite du Musée des Instruments de Musique (MIM) de Bruxelles où j'ai l'occasion d'accéder à la très riche bibliothèque, continuant mes recherches pour mon mémoire sur l'histoire de l'orchestre d'harmonie en France ; en effet, ayant présenté ce mémoire pour mes examens finals en Belgique, je souhaite tout de même le compléter et l'enrichir, pensant qu'il puisse intéresser...

             A nouveau - souvenez-vous de mon émotion face au bâton de mesure de Berlioz au Musée de la Musique à Paris - , je fus enthousiasmé par la vision d'une collection d'instruments à vents du XIXème : saxhorns et saxophones signés Adolphe Sax, cornets à pistons, serpents et ophicléides...


Ophicléide monstre en Mib (France - ca 1830)  /  Trombone 7 pavillons (A. Sax, Paris - 1890)

             Lorsque j'avais dirigé le Brassband Buizingen, pour mon examen de direction au Lemmensinstituut, je rencontrais un cornettiste de l'ensemble, Géry Dumoulin, travaillant à la bibliothèque du MIM et spécialiste du cornet à pistons. J'ai, grâce à lui (et ses publications), beaucoup appris sur l'évolution de cet instrument.

             Le Musée compte évidemment d'autres curiosités, mais je vous laisse les découvrir à Bruxelles (près du Conservatoire, du Palais des Beaux-Arts - Gare Bruxelles-Central)...

Saxhorns sopranino Sib (la vraie perce est celle qui passe juste au-dessous des pistons, le prolongement factice est là pour faciliter la prise de l'instrument) et soprano Mib à 3 pistons et 3 clefs (1862), et saxhorn soprano Mib à 3 pistons, pavillon tournant (1868) (A. Sax, Paris)





             Still in Belgium, for a while, I take the opportuniy to visit some times the Museum of Musical Instruments (MIM) in Brussels, where I have access to the library, pressing on with my thesis on the history of wind orchestra in France ; in fact, I presented this thesis for my final exams in Belgium, but I want to complete and enhance it, thinking it could interest some people...

             Again - remember my emotion when I saw the conductor's baton of Berlioz -, I was enthusiastic when I saw at the Music Museum of Paris, the collection of wind instruments of the 19th century : saxhorns and saxophones by Adolphe Sax, cornets, serpents and ophicleides...

             When I conducted the Brassband Buizingen for my final exam at the Lemmensinstituut, I met a cornet player of the ensemble, Géry Dumoulin who works to the MIM's library and is a cornet specialist. I have learned a lot on the evolution of that instrument, thanks to him (and his writings)...
            
             The Museum numbers other period pieces, but I let you discover those instruments in Brussels (near the Conservatory and the Beaux-Arts - Brussels-Central station)...






Repost 0
Published by maxime aulio - dans histoires
commenter cet article
28 septembre 2006 4 28 /09 /septembre /2006 02:16

             Mes derniers jours au Lemmensinstituut de Leuven (Belgique) s'écoulent donc, avec mes derniers examens, réussis avec succès... (composition : 73% ; direction : 75%)

            
Voici donc les différentes épreuves que j'ai passées pour l'obtention de mes diplômes de Master en direction d'orchestre et Master en composition :

- Ecriture d'une Fugue d'école (Exposition I, Divertissement I, Exposition II, Divertissement II, Exposition III, Divertissement III, Pédale de Dominante, 6 Strettes, Pédale de Tonique)
(-> Master composition)

- Présentation de compositions écrites durant les trois années de mes études, pour diverses formations (symphonique, choral, harmonie, musique de chambre, etc.)
(-> Master composition)

- Analyse d'une oeuvre (j'ai choisi la "Symphonie Funèbre et Triomphale" de Berlioz)
(-> Master direction)

- Mémoire sur un sujet au choix (le mien était "L'orchestre d'harmonie en France - histoire(s) -> bientôt en ligne sur ce site...) (-> Master direction)

- Orchestration (pour les vents : Orchestre d'Harmonie, Brass Band, etc.) (-> Master direction)

- Entretien avec le jury (diverses questions techniques, etc.) (-> Master direction)

- Direction de deux ensembles à vents : Brass Band et Orchestre d'Harmonie (programmes au choix)
(-> Master direction)

Je vais donc m'étendre un peu sur cette dernière épreuve...

petit raccord avec l'orchestre d'harmonie du Lemmensinstituut avant l'examen...
            
             L'examen de direction s'est donc déroulé sur une semaine : une séance de déchiffrage avec l'orchestre d'harmonie fut donc examinée, avant de travailler quelques jours pour préparer les concerts... Car, en effet, ce sont des concerts que nous réalisons (publics donc) devant le jury.
             Pour ma part, ayant été convaincu que je n'aurais que très peu de temps pour travailler, j'avais choisi dans mon programme :

- Concert avec le Brass Band Buizingen (19/09/2006) :

- "Le Corsaire" de Hector Berlioz (j'ai raconté à l'audience l'amitié entre Berlioz et Adolphe Sax, et donc, l'interprétation fort à propos d'une oeuvre du maître français arrangée pour un ensemble de saxhorns... J'avais supprimé des parties de percussions bêtement rajoutées par l'arrangeur.)

- "Moorside Suite" (II Nocturne) de Gustav Holst (un mouvement magnifique, qui ne pouvait être écrit que pour Brass Band...)

- Concert avec l'Orchestre d'Harmonie du Lemmensinstituut (20/09/2006) :

- "Le Papillon qui tapait du pied" de ma composition (une étudiante saxophoniste, Sofie Gijsbers, a joué la partie de saxophone baryton solo avec brio...) Ecoutez quelques extraits :


- "Noces de Cendres" (II Scherzo Fantastique - la Guerre) de Henri Tomasi (orchestré par Désiré Dondeyne, j'ai pu avoir une copie de ce manuscrit par Philippe Ferro ; une oeuvre vraiment géniale...)


                Je peux vous dire que j'ai pris grand plaisir à diriger ces deux courts programmes, et pense avoir fait un vif succès auprès de l'auditoire, en tout cas auprès des musiciens, c'est déjà ça...

quelques notes de Tomasi avant l'examen...




             My last days at the Lemmensinstituut in Leuven (Belgium) are gone, with it my last final exams, which I succeed... (composition : 73% ; conducting : 75%)

             Here are the different tests I passed to obtain my two Master Certificates (conducting and composition) :

- Writing a "school Fugue" (-> Master composition)

- Set of works composed during the three years of studying, for various ensembles (symphonic, choral, wind band, chamber music, etc.) (-> Master composition)

- Analyse (I've chosen the "Symphonie Funèbre et Triomphale" by Berlioz)
(-> Master conducting)

- Thesis on a free subject (mine was "The Wind Band in France - history" -> soon online...)
(-> Master conducting)

- Orchestration (for wind ensembles such as Wind Band, Brass Band, etc.)
(-Master conducting)

- Talk with jury (various technical questions, etc.) (-> Master conducting)

- Conducting two wind ensembles : a Brass Band and a Wind Band (free choice of works)
(-> Master conducting)
I tell you more about this last test...


             This conducting exam got through one week : the first sight reading with the wind orchestra was examinated, then we passed some days to work for the concerts... Because, in fact, we prepare two concerts (so, public) that the jury will audit.
             Concerning my program, I was convinced that I could have not so much time to work, so, I've chosen (it was in fact hard enough...) :

- Concert with the Brass Band Buizingen (09/19/2006) :

- "Le Corsaire" by Hector Berlioz (I told to the audience how was the friendship between Berlioz and Adolphe Sax, and so, how it is fitting to play a work by the french maestro arranged for a saxhorns ensemble... I did remove some percussions parts stupidly added by the arranger...)

- "Moorside Suite" (II Nocturne) by Gustav Holst (a wonderful piece that could be written only for Brass Band...)

- Concert with the Wind Band of Lemmensinstituut (09/20/2006) :

- "The Butterfly that stamped" by me (a saxophone student, Sofie Gijsbers, played the solo baritone sax part with brio...)
Listen some excerpts :


- "Noces de Cendres" (II Scherzo Fantastique - La Guerre) by Henri Tomasi (orchestrated by Désiré Dondeyne, I had a copy of the manuscript by Philippe Ferro ; a work of genius...)


             I can tell that I took lot of pleasure to conduct those two concerts, and I think it was a success to the audience, but in fact, to the musicians...


 
Repost 0
Published by maxime aulio - dans histoires
commenter cet article
28 avril 2006 5 28 /04 /avril /2006 23:48

             Le 21 avril dernier a été créée "Odysseia", par l'harmonie d'Eybens, dans le nouvel auditorium l'Odyssée d'Eybens, devant un public réceptif...




             Le travail a été long et difficile, puisque nous avions déjà travaillé sur une première partie de la pièce en cours d'écriture alors, en novembre 2005...














          Je suis alors retourné à Eybens début mars pour appronfondir le travail sur la totalité de la pièce... J'ai d'ailleurs fait encore quelques corrections suite à ce travail ; notamment la toute fin de la pièce pour laquelle je n'avais pas réussi à trouver l'aboutissement...












          Après 2 essais, j'avais trouvé la véritable fin, qui en réalité n'en ai pas vraiment une, puisqu'alors, dans l'histoire, Ulysse continue son voyage pour retrouver ses terres et Pénélope...
        Nous avons créé la pièce en fin de concert, et, en bis, nous la jouions une seconde fois ; les musiciens, après tant de labeur, ont finalement apprécié et rendu Odysseia comme il le fallait, et de ce fait, le public l'a également appréciée, ce qui ne semblait pas être acquis... Je remercie donc les musiciens de l'harmonie d'Eybens et leur chef, Marie-Laure Bouvier, pour leur confiance, leur patience, leur travail...


























Je vous propose, "en exclusivité", une petite vidéo avec des extraits d'une répétition de "Odysseia"...


Repost 0
Published by maxime aulio - dans histoires
commenter cet article
21 février 2006 2 21 /02 /février /2006 00:40

             Je souhaite faire partager la plaisir que j'ai eu ce week-end à diriger une de mes compositions, Aerospace, lors d'une petite tournée de l'orchestre à vents de l'Institut Lemmens, dirigé par Jan van Der Roost habituellement.

             Le travail a commencé très tard, et malheureusement, s'est déroulé plutôt mal... En effet, durant les quelques répétitions que j'ai pu faire, je n'ai pas réussi à convaincre les quelques 70 musiciens ; ma pièce ne leur plaisait pas vraiment, et je n'arrivais pas à faire avancer les choses...

             Après quelques semaines, et les concours d'entrée au CNSM de Paris passés, je décidais d'annuler l'interprétation de cette oeuvre en concert... Mais, la pièce étant déjà annoncée dans un programme de musique française ("Carnaval Romain" de Berlioz, "Boléro" de Ravel, "Carmen" de Bizet, "Festival à Kerkrade" de Lancen...), je ne pouvais plus faire marche arrière...
             J'ai pu avoir le temps de réfléchir à la manière de reprendre les choses en main, en l'occurence, un orchestre...! C'était évident : les répétitions s'étaient mal déroulées par ma faute...

             Arrive le premier concert :

                   Exincourt, près de Montbéliard, le samedi 18 février ; on décide de me laisser un peu de temps lors du raccord de l'après-midi pour travailler un peu si nécessaire (je n'avais pas vu les musiciens depuis 3 semaines, cette dernière fois étant plutôt catastrophique...).

          J'ai décidé de me donner le courage de diriger, et non pas d'écouter... Et quelle surprise !
Nous avons fait une lecture magnifique de la pièce ; ça y est, j'avais réussi à partager ce que j'avais à dire avec ma musique... je n'avais jamais entendu cette pièce aussi bien sonner...

          Le concert fut évidemment encore mieux... J'ai eu droit à des tonnerres d'applaudissements !
Les musiciens m'ont suivi ; j'ai gagné leur confiance.


          Je ne vous raconte même pas le concert du lendemain à Liestal, près de Bâle, en Suisse ; les musiciens me confirment alors qu'ils partagent mon plaisir, que mes "grimaces" leur parlent, qu'ils n'avaient pas aimé cette oeuvre lors des répétitions, et que maintenant, ils la trouvent géniale...
          J'ai réussi... Quelle grande satisfaction...! Difficile à décrire d'ailleurs... Je pense qu'il suffirait de voir mon visage à la fin de l'interprétation ; le regard des musiciens en face de moi voyant ce visage réconforté...


          Vous pouvez voir que je contredis complètement ce que je racontais ici ; mais il existe un proverbe bien connu sur ceux qui ne changent pas leur avis...



Repost 0
Published by maxime aulio - dans histoires
commenter cet article
8 février 2006 3 08 /02 /février /2006 22:03

             J'ai récemment visité le Musée de la Musique à Paris et été très ému en voyant les "bâtons de mesure" de Berlioz, Habeneck, Lamoureux et Saint-Saëns...

dans cette galerie consacrée au XIXème siècle est exposé notamment le bâton de Berlioz


             I recently visited the Music Museum in Paris, and was seized with emotion when I saw the conductor's batons of Berlioz, Habeneck, Lamoureux and Saint-Saëns...
             Hereunder is a guitar (you can check it also in the picture above) which was played by Paganini and then offered to Berlioz who was the Conservatory Museum curator...


Vous pouvez voir cette guitare dans l'image du haut également...


             Le Musée de la Musique se trouve près du Parc de la Villette, en face du Conservatoire Supérieur ; tout ce complexe musical est nommé "Cité de la Musique".

             Un Musée similaire se trouve à Bruxelles, près du Conservatoire Royal et du Palais des Beaux-Arts.


Bonnes visites...



Repost 0
Published by maxime aulio - dans histoires
commenter cet article
5 janvier 2006 4 05 /01 /janvier /2006 23:54

          On me demande souvent lorsqu'une de mes pièces est jouée, pourquoi je ne dirige pas l'orchestre...

          Un compositeur est-il le plus apte à diriger ses propres oeuvres ?

          Il est difficile de se détacher complètement du fait que c'est votre oeuvre... Je préfère mille fois travailler en collaboration avec un chef (heu... pas mille fois quand même...), pour peu que celui-ci soit un bon chef (respectueux de l'oeuvre, etc.)...
          Un compositeur aura peut-être plus de facilités à comprendre une partition qu'un "simple" chef, car il a les outils qui lui permettent de percevoir les secrets de fabrication de cette partition... Ceci dit, les grands chefs savent écrire, ne serait-ce que les fondements de l'harmonie... Ceux-ci devraient être appris de tous les interprètes, musiciens ou chefs ; ainsi, les partitions seraient mieux comprises, car le ressenti ne suffit pas...

Comme je m'explique souvent très mal, voici quelques citations :


"L'expérience a prouvé que le compositeur n'est généralement pas le meilleur interprète de ses oeuvres" dira Schumann...

"L'anxiété peut fausser le tempo [...]
[a remarqué Pierre Boulez au sujet de Stravinsky, probablement le compositeur le plus rigoureux par rapport au tempo, parce que la notion du tempo était totalement liée à son invention.] On pense que cela va passer dans ses interprétations, mais malheureusement, là, son tempo perd toute stabilité. Parce que Stravinsky, en tant qu'interprète, était incapable de dominer sa pensée." ("La partition transmise", Boulez)

            
Il est évident qu'un chef apporte quelque chose de nouveau à une oeuvre ; parfois, le travail d'un compositeur avec un chef peut se révéler houleux, mais c'est une question d'affinités...

             Berlioz devint chef d'orchestre car il ne supportait pas que sa musique fût dirigée par d'autres, et donc "plus ou moins défigurée" :

"Pour les bien rendre, les exécutants, et leur directeur surtout, doivent sentir comme moi. Il faut une précision extrême, unie à une verve irrésistible, une fougue réglée, une sensibilité rêveuse, une mélancolie pour ainsi dire maladive, sans lesquelles les principaux traits de mes figures sont altérés ou complètement effacés. Il m'est en conséquence extrêmement douloureux d'entendre la plupart de mes compositions exécutées sous une direction autre que la mienne. Je faillis avoir un coup de sang, en écoutant, à Prague, mon ouverture du Roi Lear dirigée par un maître de chapelle dont le talent est pourtant incontestable. C'était à peu près juste... mais ici l'à-peu-près est tout à fait faux."  ("Mémoires", Berlioz)

             Quelquechose de très important à mes yeux : "[...] doivent sentir comme moi." C'est ce qui fait certainement la différence entre un bon interprète (chef ou musicien soliste,...) et un autre musicien...

"Par vous j'ai été vaincu tout de suite [...]. D'abord il m'a semblé que je connaissais cette musique, et plus tard, en y réfléchissant, j'ai compris d'où venait ce mirage ; il m'a semblé que cette musique était la mienne, et je la reconnaissais comme tout homme reconnaît les choses qu'il est destiné à aimer..." (Baudelaire dans une lettre adressée à Wagner)            

    
Citations extraites de "L'art du chef d'orchestre" de Georges Liébert           
            

         






       Vous pouvez lire également cet autre article sur le sujet...
Repost 0
Published by maxime aulio - dans histoires
commenter cet article
22 décembre 2005 4 22 /12 /décembre /2005 14:19

                Juste un petit article sur les deux très beaux concerts donnés par l'Orchestre d'Harmonie d'Eybens (près de Grenoble), dans leur nouvel auditorium "L'Odyssée", les 16 et 17 décembre 2005.


                L'Orchestre a notamment joué de ma composition : "Les murmures du vent" et "Montségur, la Tragédie Cathare" avec au trombone solo Luc Delforge ; ce jeune élève de Michel Becquet dans sa classe du Conservatoire Supérieur de Lyon, a superbement interprété la pièce, mais il faut ajouter que l'orchestre a été également très inspiré...


                Je garde donc de très bons souvenirs passés en compagnie de ces musiciens...

                Pour information, cet orchestre fera la création de "Odysseia" le 21 avril 2006 à l'auditorium l'Odyssée à Eybens...

Voici un extrait du concert, avec l'interprétation de "Les murmures du vent" :




Repost 0
Published by maxime aulio - dans histoires
commenter cet article